POÉSIE

A

LA UNE
NUMERO 3 – OCTOBRE 2018

 

 

Une sélection de l’actualité de la poésie proposée par:


Un grand nombre de poètes et de sympathisants ont rejoint l’association le 15 octobre 2012, qui se sont donnés pour mission de promouvoir et défendre la poésie dans toutes ses composantes, sans exclusivité, et prendre la défense des poètes auprès de diverses instances (pouvoirs publics, organisations diverses, médias …), soutenir la création poétique et maintenir une production éditoriale et une diffusion indépendante, développer la lecture de la poésie.
Pour vous abonner ou abonner des personnes de votre choix à « POÉSIE À LA UNE  »
merci d’adresser les adresses mail concernées à :
poesiealaune@gmail.com

 

BONNE RENTRÉE APRÈS UN ETE FOISONNANT … 

L’été 2018 aura été d’une extraordinaire richesse en matière d’évènements de toutes natures dédiés à la poésie, aux poèmes et aux poètes. La fréquence des informations diffusées par la presse nationale, locale et spécialisée en atteste. La seule requête « festivals poésie été 2018 » sur internet propose 31 millions de réponses, alors même que les festivals ne représentent qu’une partie des évènements.
Ce regain d’intérêt pour la poésie a sans doute été favorisé par une météo idéale, la chaleur du soleil et la lumière des étoiles facilitant la disponibilité et l’évasion de l’esprit… Mais on peut également supputer qu’il entre en cohérence avec la multiplication des divers mouvements de citoyens à la recherche d’une meilleure qualité de vie, d’un plus large partage et d’autres perspectives que celles de « l’avoir ». Il serait donc plus qu’une mode éphémère stimulée par les marchands du temple, un phénomène plus profond et durable que ceux qui contribuent à « marchandiser » la création et la culture.
A un moment où nombre d’observateurs s’inquiètent de la désaffection dont la poésie serait victime, et même si l’on peut penser que ce pessimisme résulte en grande partie du « déclinisme » ambiant qui taraude tous les secteurs de la vie socio-culturelle, ce constat du foisonnement estival des espaces consacrés à la poésie, est encourageant. Il tendrait à montrer que l’un des plus vieux « arts vivants » retrouve sa fonction première et une nouvelle « vigueur ».
« Poésie à la une » aurait aimé rendre compte de manière exhaustive de cette tendance.  Mais il est impossible d’établir un bilan détaillé.  Ce que l’on peut dire c’est que cette énergie au service du poème apporte une preuve tangible de la vitalité de cet art. En plein été et après le très riche mois de Mars du « Printemps des Poètes » qui essaime partout en France, cela est encourageant pour stimuler plus encore toutes celles et ceux qui œuvrent au rayonnement de la poésie. Car les opportunités sont rares de reconnaître et valoriser la passion et l’engagement manifestés par ces milliers d’organisations et d’individus : poètes bien sûr, mais aussi municipalités, collectivités, associations, groupes de spécialistes et d’amateurs, jeunes et anciens, riches et modestes, cultivés et autodidactes, de souche et d’ailleurs… la plupart bénévoles. Une société à part entière, qui dépasse largement les fractures dont les experts et observateurs se plaisent à faire une antienne démoralisante.
« Poésie à la Une » restitue donc une sélection non exhaustive de quelques-uns des événement récents qui montrent la diversité et la richesse de la poésie en mouvement.

Bonne rentrée!

L’équipe de Poésie à la Une

 

 

UNE CARTE DE VISITE POUR L’UNION DES POÈTES & CIE

« L’Union des Poètes & Cie » vient de se doter d’un support de présentation de ses missions, utilisable lors de manifestations ou évènements. Il complète les banderoles utilisées jusqu’à présent, notamment au Marché de la Poésie.
 

 

LA PHRASE
«  J’aime lire un peu de poésie chaque jour. Au hasard, je prends un livre sur l’étagère, parce que cela vous rappelle qu’écrivain de prose, qu’il faut faire attention au langage, parce que la poésie fait très très attention au langage  »
Salman RUSHDIE, France-Inter, émission « Le 7/9 », 13.09.18 

 

 

 

ACTUALITÉ
 

 

LES EURODEPUTÉ.ES APPROUVENT
UNE RÉFORME DU DROIT D’AUTEUR

Deux articles étaient particulièrement discutés:

  • l’article 11 qui crée un «droit voisin» pour la presse sur internet oblige les plateformes comme Google et Facebook pour les signataires des accords avec les éditeurs de presse pour présenter leurs articles,
  • l’article 13 qui contraint les sites hébergés par les internautes à la mise en ligne des œuvres de travail par le droit d’auteur et les droits des ayants droit.
Le Parlement doit maintenant négocier avec les représentants des États membres et avec la Commission européenne pour définir une version finale de la directive que chaque État doit alors adapter dans son droit. A l’inverse, la directive a été primé par de nombreux éditeurs de presse qui reprennent les bases de données sur les revenus générés par les articles disponibles en ligne.
 

 

LE SYNDICAT NATIONAL DE L’ÉDITION ALERTE
Dans son rapport 2017 – 2018 intitulé « L’édition en perspective », le Syndicat National de l’Edition (SNE) s’inquiète des « atteintes à la liberté de publier, par des pressions, des menaces voire des exigences normatives, le SNE défend les valeurs fondatrices que sont le pluralisme et la liberté d’expression. Garantir la diversité et la liberté éditoriales, c’est aussi se mobiliser en faveur du droit d’auteur et du prix unique du livre, menacés notamment sous la pression des géants de l’Internet ; c’est soutenir la création et ses créateurs, défendre par exemple les collections – et leurs directeurs – que l’administration sociale française ne reconnaît plus comme une composante de la création littéraire… Il en va bien sûr de la viabilité de l’économie du livre mais plus encore du maintien de notre modèle de société démocratique. Le nombre d’exemplaires vendus est passé de 434,5 millions en 2016, à 430 millions en 2017, soit une baisse de 1,05. %. Avec 2 792,3 millions €, le chiffre d’affaires de l’édition marque un léger recul, mais celui du livre numérique augmente de 9,8 % en un an et la BD poursuit une croissance de 20 % depuis 10 ans. Les cessions de droits progressent ; le livre audio trouve de nouvelles opportunités.
https://www.sne.fr/app/uploads/2018/07/SNE_RA18_BatWEB-Signet-1.pdf
 

 

… ET DEMANDE QUE LES RÉFORMES DU SYSTÊME SOCIAL ET FISCAL TIENNENT COMPTE DES SPÉCIFICITÉS DES ARTISTES ET AUTEURS
Au cours de l’été le SNE a relayé la « profonde inquiétude » des auteurs de livres quant aux réformes du système social et fiscal initiées par le gouvernement. Appelant à un arbitrage du Premier ministre, il a souligné que « les éditeurs et les auteurs sont les maillons d’une même chaîne du livre, dont l’équilibre économique est fragile. Le gouvernement français ne doit pas le fragiliser davantage ».
https://www.sne.fr/actu/le-sne-demande-que-les-reformes-du-systeme-social-et-fiscal-tiennent-compte-des-specificites-des-artistesauteurs/

 

 

#AUTEURSENCOLERE SUCCÈDE A #PAYETONAUTEUR
ET LANCE UNE PÉTITION
Depuis #PAYETONAUTEUR, le réseau TWITTER est devenu le porte-voix de la profession. #AUTEURSENCOLERE lui succède pour dire «  combien la situation devient intenable. Retraite, cotisations, CSG, prélèvement à la source dès le premier euro: autant de techniques de dossiers, et pourtant cruciaux pour les créateurs  ». Une pétition a été lancée qui peut être signée sur https://www.auteursencolere.fr/

 

 

LE COMBAT DES «AUTRICES» POUR EXISTER
Le 1er numéro de la nouvelle formule du magazine «LIVRES HEBDO», dresse le portrait-robot de l’auteur-type de la rentrée littéraire. Plus la présentation et la conclusion du dossier ont laissé un grand nombre de lecteurs pantois…
https://www.actualitte.com/article/monde-edition/dans-l-edition-le -combat-sans-repit-des-autrices-pour-exister / 90587
 

 

CLÉMENT MAROT À L’ORIGINE
DE L’ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ
C’est la polémique grammaticale du moment : deux professeurs belges veulent modifier la règle du participe passé s’accordant avec tout Complément d’Objet Direct (COD) placé devant le verbe. A l’origine de cet accord casse-tête, Clément MAROT, poète officiel de la cour de FRANÇOIS 1ER.
https://www.franceculture.fr/litterature/participe-passe-laccord-de-la-discorde-invente-par-un-poete-du-xvie-siecle

 

 

POURQUOI APPREND-ON DES POÉSIES À L’ÉCOLE ?
Jusqu’en 2015, le programme officiel de l’Education nationale préconisait de faire retenir par cœur 10 textes poétiques par an à chaque élève, du CP au CM2. Depuis, l’obligation de la récitation est maintenue, sans donner de chiffres. Quel est l’objectif pédagogique ? La récitation doit permettre de « dire pour être entendu et compris » dit le Bulletin officiel de juillet 2018. Mais elle renforce également les mécanismes de mémoire des enfants et les familiarise avec une littérature qui ne soit pas que narrative. Les professeurs sont seuls à choisir les textes à apprendre. Ils témoignent sur les critères qui guident leurs choix. Pour Paul DE BRANCION, Président de L’UNION DES POETES & CIE, qui vient de publier « Petit Fennec et autres lapins », la poésie pour enfants « s‘écrit de la même façon que la poésie pour adulte. Il s’agit de chercher la limpidité et sans doute d’introduire du jeu dans le vers, afin de faire entendre simplement une écriture, par nature complexe, que les enfants saisissent comme personne ». L’enjeu est bien de maintenir cette relation à la poésie dans le temps.
http://www.liberation.fr/france/2018/08/30/pourquoi-apprend-on-des-poesies-al-ecole-et-pourquoi-toujours-les-memes_1669937

 

 

LA POÉSIE AU BAC
La poésie était au menu du sujet de Français (1ère STMG) du Bac 2018. L’objet d’étude était composé de 3 textes et traitait de « Écriture poétique et quête du sens, du Moyen Âge à nos jours. » Dans la première partie, les élèves devaient répondre à 2 questions de manière synthétique. « Quels sont les différents types de liens qui unissent le poète et la personne endormie ? » et  « Que déclenche chez le poète la vision de l’être endormi ?« .
https://www.bacstmg.net/document/francais/sujet-francais-1ere-stmg-bac-stmg-2018-4427.html

 

 

UN SONNET SUR  » LES VACANCES DE MONSIEUR HULOT « 
La démission de Nicolas HULOT, interprétée sous la forme d’un sonnet par un blogueur spécialisé dans « l’analyse des événements politiques ».

 

 

 

GUILLAUME APOLLINAIRE, STAR DE LA RENTRÉE LITTÉRAIRE
La rentrée littéraire permet de rendre hommage au poète et de célébrer le centenaire de sa mort, survenue le 9 novembre 1918. Plusieurs rééditions de ses œuvres sont proposées, biographies, recueils de lettres, en versions poche, beaux livres ou coffret. Parmi ceux-ci, un roman où l’on découvre un Apollinaire à l’irrépressible besoin de séduction pour contrecarrer un physique ingrat, dans un Paris bouillonnant de culture moderne, mais pas encore totalement enraciné dans le XXe siècle.
https://www.actualitte.com/article/monde-edition/guillaume-apollinaire-future-star-de-la-rentree-litteraire/89954
« Apo », Franck Balandier, Editions du Castor Astral

 

 

 

 

« DEVENIR DES MAUVAIS POÈTES »
Dans un entretien, David GRAEBER, anthropologue et professeur influent de la LONDON SCHOOL OF ECONOMICS, développe la thèse qui structure son dernier essai « BULLSHIT JOBS » (« boulots à la con »). Il explore la souffrance professionnelle dont sont victimes de plus en plus d’individus (24% des salariés Français sont en situation d’hyperstress, considérée comme dangereuse pour leur santé (Cabinet Stimulus, 2017) et considère que « notre société entière échoue à utiliser le progrès technologique comme un outil de libération des individus ». Pour lui la libération pourrait passer par l’instauration d’un revenu de base, mais il constate que « la conception théologique du travail » qui s’est imposée ces dernières années conduit certains à dire que « si l’on donne un revenu à tout le monde, certains en profiteront pour ne rien faire, ou deviendront des mauvais poètes dont on n’a pas besoin. Mais en quoi serait-ce pire que les jobs absurdes d’aujourd’hui ? Au moins, les individus seraient plus heureux ».
https : //lemonde.fr/economie/article/2018/09/11/david-graeber-les-bullshit-jobs-se-sont-multiplies-de-facon-exponentielle-ces-dernieres-decennies_5353406_3234.html?xtor=RSS-3208?xtor=RSS-3208?xtor=RSS-3208?xtor=RSS-3208